LMC /// Malley-Centre (CH)

Projet urbain et espaces publics, Renens et Prilly, agglomération de Lausanne, Suisse

Ce diaporama nécessite JavaScript.

700 logements, 88 000 m² de tertiaire et d’activités, équipements, commerces, stationnements mutualisés / Quartier à 2000W

maîtres d’ouvrage /// Ville de Lausanne, communes de Renens et Prilly
CFF (chemins de fer fédéraux suisses)
maîtrise d’œuvre /// HF architectes urbanistes
In Situ paysage, GEA urbanistes (CH)
Ecoscan environnement, Transitec mobilités, CSD génie civil.
emprise /// 16 hectares
surface totale /// 170 000 m² SPD
budget espace public /// 16 000 000 CHF
missions /// élaboration de plans de quartiers,
maîtrise d’œuvre des espaces publics
2012 concours international lauréat,
2016 plan de quartier « Gare » validé et accepté par votation
2017 plan de quartier « Gazomètre » en examen préalable
fin 2017, lancement des premiers concours d’architecture sur le périmètre Gare

La création de la gare de Malley sur la ligne du réseau régional de chemin de fer a été le déclencheur du processus d’urbanisation des emprises industrielles déclassées en bordure de la voie ferrée.
Le territoire de Malley n’est pas une étendue vierge, des traces industrielles (gazomètre, rails, plantes pionnières,  réservoirs…), des macro-activités en fonctionnement aujourd’hui (recyclage, Magesi, réseau de chaleur, à proximité la grande structure de la patinoire…) et des vestiges comme le gazomètre constituent l’identité du lieu.
Le site s’ordonne suivant l’axe ferroviaire, qui suit à nivellement constant l’orientation du coteau. Cette direction ordonne aujourd’hui les flux ; elle est utilisée et mise en scène dans le projet par série de «coulisses», espaces publics est-ouest, qui organisent les porosités du nouveau quartier. Perpendiculairement, entre la station RER et le futur parc du gazomètre, un réseau de places agrègent les principaux équipements à venir ou existants (théâtre Kléber-Méleau).
Sur la base de ce canevas d’espaces publics, nous proposons de retranscrire la fascination que procurent les macro-architectures industrielles actuelles ou passées, d’échelles extra-ordinaires, dans les morphologies bâties projetées.
Les îlots sont constitués de socles unitaires, qui ancrent des ensembles de bâtiments émergents. Ces émergences jalonnent le futur quartier de repères tout en offrant des vues lointaines et l’ensoleillement aux logements par un système de décalages et de quinconces.