CSS /// Cesson-Sévigné

ZAC Atalante Viasilva – Opération d’aménagement de l’îlot C2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dialogue compétitif – 544 logements collectifs, 15 000 m² de bureaux et commerces

maître d’ouvrage /// Legendre Immobilier
maîtrise d’œuvre /// HF architectes urbanistes mandataires
K-Hut & Kraft architectes associés, TN+ paysagistes,
ADEPE bureau d’études conception urbaine
emprise /// 2,4 hectares
surface totale /// logements 28 600 m² SP – Bureaux et commerces 15 000 m²
2018

La vocation de la ZAC Atalante-ViaSilva est d’installer la mixité au sein de la technopole, en accueillant des logements dans un cadre de vie agréable et qualitatif.

L’îlot C2 compte des atouts majeurs : d’ici 2020 il sera desservi par la station de métro Atalante, un espace classé boisé traverse le site en son cœur et la topographie marquée du site offre des perspectives ouvertes vers Nord et Sud, depuis la tour TDF et la carrière.

En complément du bois, le projet installe trois figures paysagères : la rabine, jardin linéaire, les bocages et les pré-vergers, qui forment la structure du projet. La rabine étire à travers le projet les qualités paysagères de la carrière ; le bocage le long des voies et les prés vergers dans les cours intérieures déclinent des thèmes d’aménagement issus de l’histoire paysagère de ce territoire.

Le jardin équipement : la rabine suit un axe Nord-Sud sur la totalité de l’îlot et relie les divers secteurs du quartier. Il en constitue l’artère piétonne majeure.

L’ensemble des programmes de logements y trouvent leurs entrées, et les espaces libres accueillent des fonctions et aménités qui contribuent à cristalliser la vie du quartier.
Une Façade urbaine est proposée sur le parvis du métro, un programme de bureaux et commerces à RDC. De par sa forme en boomerang, le bâtiment  articule le jardin linéaire avec le parvis.

La conception du projet s’appuie sur une volonté d’immersion des logements dans le paysage. Les îlots sont ouverts : les espaces semi privés, proposent des ouvertures visuelles et des usages semi-collectifs.

La figure paysagère s’inscrit dans la tradition Cessonnaise des chemins de traverse qui irriguent l’ensemble de la ville. La possibilité d’un nouveau parcours est offerte, d’un trait d’union entre la Ville densifiée autour du métro et les paysages ouverts de la technopole au Sud.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s